Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aux pieds d'la lettre
  • : Bienvenue dans un monde de mots et d'images... Bonne visite et bonne journée / nuit... Sauf mention contraire, les oeuvres présentées sont de ma réalisation. PROTECTION DES TEXTES ET PHOTOS PAR DEPOT - COPYRIGHT. Tous droits réservés.
  • Contact

Fiches D'histoire Et Littérature

18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 19:30

Deux hommes ; un seul et même rêve dans un univers où chaque minute est comptée…

Les Chariots de Feu – film paru en 1981 – retracent le parcours de deux champions de course à pied qu’a priori, tout oppose. L’un est un sportif déjà connu (Lidell), l’autre un étudiant Juif (Abrahams) qui se distingue dès son entrée dans l’un des plus prestigieux établissements de la capitale en parvenant à faire le tour de la cour dans l’intervalle des douze coups de midi.

 D’emblée, l’image de ces jeunes garçons, foulant la plage déserte avec douleur, joie, espérance et effort font voyager dans le temps pour revenir aux sources de la relation entre les membres du groupe de coureurs amateurs du Collège qui se retrouveront sélectionnés aux Jeux Olympiques et offriront deux remarquables performances à leurs contemporains.

Cependant, le film acquiert une force tout à fait singulière – parabolique, pourrait-on dire… - dans la mesure où, si la vitesse est tout l’enjeu des deux jeunes hommes, nombre de plans filmés au ralenti et soutenus par la musique de Vangelis, permettent une introspection profonde des personnages qui dévoilent le lien que leur passion pour la vitesse entretient avec une forme d’existence qui semble parfaitement incompatible avec le rythme effréné des sprinters et des records, dont, ainsi que le rappelle Michel Winock, ce fut la mode dans l’entre-deux guerre ; la foi. Leurs fois, plutôt. Lidell, Catholique, est tiraillé entre le désir de partir en mission en Chine et le plaisir de courir, qui est un moyen de rendre grâce à Dieu des compétences physiques qu’il détient. Abrahams, lui, court pour lutter contre les obstacles qui entravent sa route, contre le regard de mépris de la société anglaise sur ses origines juives.

Au plein cœur de leur course, le ralenti est moins le moment de la décomposition de l’exploit que l’instant même où ce dernier jaillit d’une source plus profonde, une source mystique qui puise dans les souvenirs de chacun, et de leur relation avec des voix féminines (voix de leur conscience ?) qui ne cessent d’interroger ce perpétuel désir de s’entraîner, pour se dépasser, s’affronter, se combattre. Combattre l’autre, mais aussi soi-même. Et tout cela pour se dépasser vers cette forme physique de l’idéal qu’est la vitesse et qui traduit leur idéal de foi, leur quête de l’absolu. Au ralenti, leur visage se détend, se tourne vers le Ciel qui leur insuffle sans cesse la force de poursuivre cette course, et de triompher. «  Je voudrais comparer la foi à une course » explique Lidell dans une petite parabole racontée aux spectateurs d’une course, un jour de pluie.

Mais la course entraîne plus loin, toujours plus loin… Ne risque-t-elle pas de rompre son lien avec l’Absolu ? Qu’est ce que la course « risque de [leur] faire » pour reprendre les termes même de la frêle jeune femme qui exprime ces inquiétudes à Lidell… ? Les deux jeunes hommes risquent-ils de « perdre le sens de certaines valeurs » comme le reproche à Abrahams le directeur du Collège en voyant qu’il a recours à un entraîneur privé pour l’emporter ? Et pourtant, dans le désir de la victoire, l’un comme l’autre se révèlent peu à peu dans toute leur sensibilité…

C’est la réaction, sublime et incomprise de Lidell de renoncer à courir le Dimanche, jour du Seigneur alors même que l’épreuve des Jeux Olympiques pour laquelle il est sélectionné se déroule…  Le roi le veut… Dieu avant le Roi… résiste le jeune homme qui avoue ne pas comprendre lui-même sa réaction mais ressent simplement que c’est ainsi qu’il doit agir… Après tant d’efforts, après s’être vu reproché de laisser de côté ses engagements religieux pour le sport, sur le bateau qui le conduit aux Jeux Olympiques, comment comprendre ce renoncement à tout un travail fruit de la volonté ? C’est que justement, si le sport repose sur la volonté, en devenant un lien avec le Divin, il permet une expérience mystique de l’abandon, et d’une relation plus intense encore à chaque foulée, entre la terre et le mouvement, entre soi et les autres, entre la volonté et la Foi qui donne des ailes. Autre jour, autre épreuve… Une épreuve sur laquelle il n’est pas entraînée et qu’il remporte pourtant parce qu’il a suivi la voix de son cœur et que sa Foi lui a donné, en renonçant à ce qui était le fruit de sa volonté, d’acquérir un plus grand prix encore… Comment, en voyant Lidell, ne pas songer à cette phrase de l’Epitre aux Philippiens «  je cours vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu ». La course est très présente dans La Sainte Bible. Qu’il soit fait mention de Marie courant au tombeau, d’ Achimaats courant porter les nouvelles au Roi, les courriers qui traversent le pays dans l’Ancien Testament, elle semble refléter dans l’attitude physique une volonté d’aller plus vite, plus fort, mais surtout , plus haut…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Hamon - dans Les p'tits papiers du cinéma
commenter cet article

commentaires

ssqd 19/02/2017 18:40

Allez vous faire foutre

MD 19/05/2010 10:09



Chère amie, je sors de ma réserve pour te remercier pour ce beau texte, sur un thème qui m'est cher : la course spirituelle ! Malgré mon silence je lis régulièrement ce blog, et je suis toujours
heureuse d'y découvrir de nouveaux versants de ton âme, ou d'y retrouver des fragments de ta conversation que j'aime tant (Guermantes...), mais transfigurés par ta poésie... Je pense bien à toi
pour le mémoire, en me noyant dans mes Guermantes, et surtout en perdant beaucoup de temps... heureusement qu'on le retrouve à la fin !



Pascaline Hamon 19/05/2010 17:48



Merci ma chère amie pour ce petit mot. Je sais que tu m'accompagnes par la pensée chaque jour de ma vie et que viens lire souvent mes textes. En silence... Mais toi, tu sais aussi tout ce qu'il y
a de Vérité et d'Amour dans le Silence.


Nous avons reçu ta lettre. Je vais te répondre vite. Je pense beaucoup à toi, et te souhaite bien du courage pour finir ce mémoire que j'ai bien hâte de lire...


Nous allons nous voir bientôt. Je suis un peu en retard en ce moment - ce qui m'empêche pas de me plonger avec délice dans Les chariots de Feu ou dans des écrits dont il faut que je te parle
absolument.


Je t'embrasse avec toute mon affection la plus sincère.


Ton amie.